La dame de Monsoreau — Tome 2.

Produced by the Online Distributed Proofreading Team. This
file was produced from images generously made available
by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr.

LA DAME DE MONSOREAU

PAR
ALEXANDRE DUMAS
ÉDITION ILLUSTRÉE PAR J.-A. BEAUCÉ

DEUXIÈME PARTIE

PARIS

1890

TABLE DES MATIÈRES DE LA DEUXIÈME PARTIE.

I.—Comment frère Gorenflot se réveilla, et de l’accueil qui lui fut
fait à son couvent.

II.—Comment frère Gorenflot demeura convaincu qu’il était somnambule,
et déplora amèrement cette infirmité.

III.—Comment frère Gorenflot voyagea sur un âne nommé Panurge, et
apprit dans son voyage beaucoup de choses qu’il ne savait pas.

IV.—Comment frère Gorenflot troqua son âne contre une mule, et sa
mule contre un cheval.

V.—Comment Chicot et son compagnon s’installèrent à l’hôtellerie du

Cygne de la Croix, et comment ils y furent reçus par l’hôte.

VI.—Comment le moine confessa l’avocat, et comment l’avocat confessa
le moine.

VII.—Comment Chicot, après avoir fait un trou avec une vrille, en fit
un avec son épée.

VIII.—Comment le duc d’Anjou apprit que Diane de Méridor n’était
point morte.

IX.—Comment Chicot revint au Louvre et fut reçu par le roi Henri III.

X.—Ce qui s’était passé entre monseigneur le duc d’Anjou et le grand
veneur.

XI.—Comment se tint le Conseil du roi.

XII.—Ce que venait faire M. de Guise au Louvre.

XIII.—Castor et Pollux.

XIV.—Comment il est prouvé qu’écouler est le meilleur moyen pour
entendre.

XV.—La soirée de la Ligue.

XVI.—La rue de la Ferronnerie.

XVII.—Le prince et l’ami.

XVIII.—Étymologie de la rue de la Jussienne.

XIX.—Comment d’Épernon eut son pourpoint déchiré, et comment

Schomberg fut teint en bleu.

XX.—Chicot est de plus en plus roi de France.

XXI.—Comment Chicot fit une visite à Bussy, et de ce qui s’ensuivit.

XXII.—Les échecs de Chicot, le bilboquet de Quélus la sarbacane de

Schomberg.

XXIII.—Comment le roi nomma un chef à la Ligue, et comment ce ne fut
ni Son Altesse le duc d’Anjou ni monseigneur le duc de Guise.

XXIV.—Comment le roi nomma un chef qui n’était ni Son Altesse le duc
d’Anjou ni monseigneur le duc de Guise.

XXV.—Étéocle et Polynice.

Pages: First | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | ... | Next → | Last | Single Page