Histoire de la prostitution chez tous les peuples du monde depuis l’antiquité la plus reculée jusqu’à nos jours, tome 1/6

Produced by Laurent Vogel, Hans Pieterse, Guy de Montpellier
and the Online Distributed Proofreading Team at
http://www.pgdp.net (This book was produced from scanned
images of public domain material from the Google Print
project.)

Note de transcription:

Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.

Ce texte contient quelques mots et expressions en Grec, comme ???? ???????. Si celles-ci n’apparaissent pas correctement, veuillez vérifier le jeu de caractères utilisé par votre navigateur web. Vous pouvez également faire glisser votre souris sur le texte et la translittération en caractères latins apparaîtra.

La Table des matières se trouve ici.

HISTOIRE

DE LA

PROSTITUTION.

TYPOGRAPHIE PLON FRÈRES,
RUE DE VAUGIRARD, 36, A PARIS.

HISTOIRE
DE LA
PROSTITUTION

CHEZ TOUS LES PEUPLES DU MONDE

DEPUIS

L’ANTIQUITÉ LA PLUS RECULÉE JUSQU’A NOS JOURS,

PAR

PIERRE DUFOUR,

Membre de plusieurs Académies et Sociétés savantes françaises et étrangères.

TOME PREMIER.

PARIS—1851

SERÉ, ÉDITEUR, 5, RUE DU PONT-DE-LODI,

ET

P. MARTINON, RUE DU COQ-SAINT-HONORÉ, 4.

INTRODUCTION.

S’il est difficile de définir le mot Prostitution, combien est-il plus difficile de caractériser ce qui est son histoire dans les temps anciens et modernes! Ce mot Prostitution, qui flétrit comme avec un fer rouge une des plus tristes misères de l’humanité, s’emploie moins au propre qu’au figuré, et il reparaît souvent dans la langue parlée ou écrite, sans y prendre sa véritable acception. Les graves auteurs du Dictionnaire de l’Académie (dernière édition de 1835) n’ont pas trouvé pour ce mot-là une meilleure définition que celle-ci: «Abandonnement à l’impudicité.» Avant eux, Richelet s’était contenté d’une définition plus vague encore: «Déréglement de vie;» mais peu satisfait lui-même de cette explication, dont l’insuffisance accuse la modestie, il en avait complété le sens par une phrase moins amphibologique: «C’est un abandonnement illégitime que fait une fille ou femme de son corps à une personne, afin que cette personne prenne avec elle des plaisirs défendus.» Cette phrase, dans laquelle les auteurs du Dictionnaire de l’Académie ont puisé leur définition, ne dit pas même tout ce que renferme le mot Prostitution, puisque l’abandonnement dont il s’agit s’est étendu, en certaines circonstances, aux personnes des deux sexes, et que les plaisirs défendus par la religion ou la morale sont souvent autorisés ou tolérés par la loi. Nous pensons donc que ce mot Prostitution doit être ramené à son étymologie (Prostitum) et s’entendre alors de toute espèce de trafic obscène du corps humain.

Ce trafic sensuel, que la morale réprouve, a existé dans tous les siècles et chez tous les peuples; mais il a revêtu les formes les plus variées et les plus étranges, il s’est modifié selon les mœurs et les idées; il a obtenu ordinairement la protection du législateur; il est entré dans les codes politiques et même parfois dans les cérémonies religieuses; il a presque toujours et presque partout conquis son droit de cité, pour ainsi dire, et il est encore, de nos jours, sous l’empire du perfectionnement philosophique des sociétés, il est l’auxiliaire obligé de la police des villes, il est le gardien immoral de la moralité publique, il est le triste et indispensable tributaire des passions brutales de l’homme.

C’est là, il faut l’avouer, une des plus honteuses plaies de l’humanité; mais cette plaie, aussi ancienne que le monde, s’est déguisée tantôt dans les ténèbres du foyer hospitalier, tantôt dans les mystères des temples du paganisme, tantôt sous les voiles décents de la tolérance légale; cette plaie infâme, qui ronge plus ou moins le corps social, a trouvé dans la philosophie antique et dans la religion chrétienne un puissant palliatif, sinon un remède absolu, et à mesure que le peuple s’éclaire et s’améliore, le mal inévitable de la Prostitution diminue d’intensité et circonscrit, en quelque sorte, ses ravages. On ne peut espérer qu’il disparaisse tout à fait, puisque les instincts vicieux auxquels il répond sont malheureusement innés dans l’espèce humaine; mais on doit prévoir avec certitude qu’il se cachera un jour au fond des sentines publiques et qu’il n’affligera plus les regards des honnêtes gens.

Déjà, de toutes parts, en France ainsi que dans tous les pays soumis à un gouvernement régulier, la Prostitution voit décroître progressivement le nombre de ses agents avec celui de ses victimes; elle recule, comme si elle était accessible à un sentiment de pudeur, devant le développement de la raison morale; elle n’abdique pas, mais elle se sait détrônée et s’enveloppe dans les plis de sa robe de courtisane, en ne songeant plus à reconquérir son royaume impudique. Le moment n’est pas loin où elle rougira d’elle-même, où elle sortira pour jamais du sanctuaire des mœurs, où elle tombera par degrés dans l’obscurité et l’oubli. Il en est de ces maladies du cœur humain, comme de ces maladies physiques qui finissent par s’user et par perdre leur caractère contagieux ou épidémique sous l’influence du régime de vie. La lèpre ne nous est plus connue que de nom, et si l’on rencontre ça et là quelques rares vestiges de cette terrible peste du moyen âge, on reconnaît avec bonheur qu’ils n’ont plus la force de s’étendre et de se propager: ce sont seulement des témoignages redoutables du fléau qui sévissait jadis sur la population entière, et qui attaque à peine maintenant certains individus isolés.

L’heure est donc venue d’écrire l’histoire de la Prostitution, lorsqu’elle tend de plus en plus à s’effacer dans les souvenirs des hommes comme dans les habitudes des nations. L’historien s’empare des temps qui ne sont plus; il ressuscite les choses mortes; il ranime, il fait vivre le passé, pour l’enseignement du présent et de l’avenir; il donne un corps et une voix à la tradition. Le vaste et curieux sujet que nous allons traiter avec le secours de l’érudition et sous la censure de la prudence la plus sévère, ce sujet, délicat et suspect à la fois, se rattache de tous côtés à l’histoire des religions, des lois et des mœurs; mais il a été constamment mis à l’écart et comme à l’index par les historiens qui s’occupaient des mœurs, des lois et des religions anciennes et modernes. Les archéologues seuls, tels que Meursius, Laurentius, Musonius, etc., ont osé l’aborder, en écrivant des dissertations latines où la langue de Juvénal et de Pétrone a pu tout à son aise braver l’honnêteté et dans les mots et dans les faits.

Quant à nous, tout archéologue que nous sommes aussi, nous n’oublierons pas que nous écrivons en français, et que nous nous adressons à un public français qui veut être instruit, mais qui en même temps veut être respecté. Nous ne perdrons jamais de vue que ce livre, préparé lentement au profit de la science, doit servir à la morale et qu’il a pour principal objet de faire détester le vice en dévoilant ses turpitudes. Les Lacédémoniens montraient à la jeunesse le hideux spectacle des esclaves ivres, pour lui apprendre à fuir l’ivrognerie. Dieu nous garde de vouloir rendre le vice aimable, même en le montrant couronné de fleurs chez les peuples de l’antiquité! C’est là, surtout, que nous nous distinguerons des archéologues et des savants proprement dits, qui ne se préoccupent pas de la moralité des faits et qui ne se soucient pas d’en tirer des conséquences philosophiques. Ils dissertent longuement, par exemple, sur les cultes scandaleux d’Isis, d’Astarté, de Vénus et de Priape; ils en dévoilent les monstruosités, ils en retracent les infamies, mais ils oublient ensuite de nous purifier la pensée et de nous tranquilliser l’esprit, en opposant à ces images impures et dégradantes les chastes leçons de la philosophie et l’action bienfaisante du christianisme.

La Prostitution, dans l’histoire ancienne et moderne, revêt trois formes distinctes ou se traduit à trois degrés différents, qui appartiennent à trois époques différentes de la vie des peuples: 1º la Prostitution hospitalière; 2º la Prostitution sacrée ou religieuse; 3º la Prostitution légale ou politique. Ces trois dénominations résument assez bien les trois espèces de Prostitution, que M. Rabutaux caractérise en ces termes, dans un savant travail sur le sujet que nous nous disposons à traiter après lui, sous un point de vue plus général: «Partout, aussi loin que l’histoire nous permet de pénétrer, chez tous les peuples et dans tous les temps, nous voyons, comme un fait plus ou moins général, la femme, acceptant le plus odieux esclavage, s’abandonner sans choix et sans attrait aux brutales ardeurs qui la convoitent et la provoquent. Parfois, toute lumière morale venant à s’éteindre, la noble et douce compagne de l’homme perd dans cette nuit funeste la dernière trace de sa dignité, et, devenue, par un abaissement suprême, indifférente à celui même qui la possède, elle prend place comme une chose vile parmi les présents de l’hospitalité: les relations sacrées d’où naissent les joies du foyer et les tendresse de la famille n’ont chez ces peuples dégradés aucune importance, aucune valeur. D’autres fois, dans l’ancien Orient, par exemple, et de proche en proche chez presque tous les peuples qui y avaient puisé d’antiques traditions, par un accouplement plus hideux encore, le sacrifice de la pudeur s’allie chez la femme aux dogmes d’un naturalisme monstrueux qui exalte toutes les passions en les divinisant; il devient un rite sacré d’un culte étrange et dégénéré, et le salaire payé à d’impudiques prêtresses est comme une offrande faite à leurs dieux. Chez d’autres peuples enfin, chez ceux qui tiennent sur l’échelle morale le rang le plus élevé, la misère ou le vice livrent encore aux impulsions grossières des sens et à leurs cyniques désirs une classe entière, reléguée dans les plus basses régions, tolérée mais notée d’infamie, de femmes malheureuses pour lesquelles la débauche et la honte sont devenues un métier.»

Ainsi, M. Rabutaux regarde comme un odieux esclavage la Prostitution que nous considérons comme un odieux trafic. En effet, dans ses trois formes principales, elle nous apparaît plus vénale encore que servile, car elle est toujours volontaire et libre. Hospitalière, elle représente un échange de bons procédés avec un étranger, un inconnu, qui devient tout à coup un hôte, un ami; religieuse, elle achète, au prix de la pudeur qu’elle immole, les faveurs du Dieu et la consécration du prêtre; légale, elle s’établit et se met en pratique à l’instar de tous les métiers: comme eux, elle a ses droits et ses devoirs; elle a sa marchandise, ses boutiques et ses chalands; elle vend et elle gagne; ainsi que les commerces les plus honnêtes, elle n’a pas d’autre but que le lucre et le profit. Pour que ces trois sortes de Prostitution pussent être rangées dans la catégorie des servitudes morales et physiques, il faudrait que l’Hospitalité, la Religion et la Loi les eussent violemment créées, et leur imposassent la nécessité d’être, en dépit de toutes les résistances et de tous les dégoûts de la nature. Mais, à aucune époque, la femme n’a été une esclave qui ne fût pas même maîtresse de son corps, soit au foyer domestique, soit dans le sanctuaire des temples, soit dans les lupanars des villes.

La véritable Prostitution a commencé dans le monde, du jour où la femme s’est vendue comme une denrée, et ce marché, de même que la plupart des marchés, a été soumis à une multitude de conditions diverses. Quand la femme se donnait en obéissant aux désirs du cœur et aux entraînements de la chair, c’était l’amour, c’était la volupté, ce n’était pas la Prostitution qui pèse et qui calcule, qui tarife et qui négocie. Comme la volupté, comme l’amour, la Prostitution remonte à l’origine des peuples, à l’enfance des sociétés.

Pages: 1 | 2 | 3 | Single Page