Les Pardaillan — Tome 03 : La Fausta

Produced by Renald Levesque

MICHEL ZÉVACO

LES PARDAILLAN-3

La Fausta

PROLOGUE

DÉCOR: une nuit de printemps parfumée, mystérieuse et pure. Le parvis de Notre-Dame. La cathédrale accroupie dans l’ombre comme un sphinx et, à l’autre bout, un seigneurial hôtel à façade sévère. Au balcon gothique, sous la caresse des clartés astrales, une blanche apparition de charme et de grâce.

Palpitante et radieuse, elle suit des yeux, dans l’obscurité bleuâtre, un élégant et fier gentilhomme qui s’éloigne.

Cette jeune fille, c’est Léonore, l’unique enfant du baron de Montaigues qui, depuis la tragique journée de la Saint-Barthélémy où le vieux huguenot fut supplicié,—aveuglé des deux yeux!—lui prodigue d’inépuisables consolations.

Et ce seigneur, à qui elle jette l’adieu passionné de ses baisers, c’est le fastueux et noble duc Jean de Kervilliers.

Son amant! Lentement, à regret, lorsqu’il a disparu, elle rentre dans cette chambre où ses rendez-vous nocturnes s’écoulent aussi rapides que les irréelles minutes d’un songe éblouissant et où, il y a une heure, ici même, suspendue au cou de Jean, elle a murmuré le plus émouvant et le plus redoutable des aveux… Elle va être mère!

Comme elle a tremblé alors! car pour le baron de Montaigues, ce père qu’elle adore, quelle agonie de honte!

A son premier mot, Kervilliers est devenu livide de bonheur sans doute; car il l’a enlacée d’une plus ardente étreinte et a balbutié de formelles assurances; le vieillard ne saura pas. La faute réparée à temps sera ignorée de tous. Demain, lui, Jean, parlera! Demain, elle sera sa fiancée! Dans peu de jours sa femme!

Tout à coup, un fracas retentit! Une vitre du balcon a sauté, une pierre enveloppée d’un papier roule sur le tapis!

Léonore demeure d’abord immobile de stupeur et d’effroi…

Ce papier alors, la fascine et l’attire. Un billet? Elle se baisse, le saisit, hésite et… elle le déplie C’en est fait d’un trait elle l’a parcouru! Alors elle pâlit.

Son coeur se serre, une plainte d’infinie détresse expire sur ses lèvres. Qu’a-t-elle lu?… Voici:

Monseigneur l’évêque prince Farnèse, qui demain célébrera la Pâque dans Notre-Dame, est le seul qui puisse vous dire pourquoi Jean, duc de Kervilliers, ne vous épousera jamais… jamais!

Qui a jeté la pierre? Un jaloux d’amour? Un ennemi de race? Qu’importe! Et pendant que cet être, quel qu’il soit, écoute et regarde, pendant que la fille de Montaigues se débat, aux prises avec le désespoir le duc de Kervilliers rentre chez lui, tombe à genoux devant un portrait de Léonore et sanglote:

«Qu’a-t-elle dit? qu’elle va être mère? J’ai bien entendu?… Perdue! oh! perdue!… Et moi! Ah! misérable! pourquoi n’ai-je pas fui quand cette passion m’a mordu au coeur? Que faire?… Fuir! Fuir honteusement…»

*

Au coup de la grand-messe de ce dimanche de Pâques 1573, Léonore entre dans cette cathédrale dont, fille de huguenots, elle n’a jamais franchi le seuil.

Ce sont des heures d’inoubliables tortures qu’elle vient de vivre. Mille suppositions affolantes ont traversé son esprit. Jean est-il marié à une autre? L’évêque va lui répondre!

Dans l’église, elle s’arrête, défaillante, consciente à peine de ce qu’elle fait. Là-bas, tout au fond, dans la splendeur des cierges, couvert d’or, le prince Farnèse, légat du pape, entonné le Kyrie.

Léonore se met en marche. Par de lents efforts, elle se fraie un passage. Mais, quand enfin elle atteint le choeur, elle est sans forces. Dix pas, au plus, la séparent du prince-évêque. Tourné vers le tabernacle, il officie, en des poses empreintes d’une solennelle dignité.

Et, maintenant, Léonore a peur. L’approche de l’horrible réalité l’épouvante. Elle se raccroche à son rêve d’amour, elle veut garder une illusion quelques minutes encore… Soudain la sonnette résonne pour l’élévation!

Mgr Farnèse a saisi l’ostensoir, et, flamboyant de sa majesté, il se retourne… Une terrible secousse ébranle Léonore des pieds à la tête. Cet évêque!… Cette flamme des yeux!… Cette éclatante beauté!… Elle les connaît!…

Cet évêque!… Non! l’hallucination est par trop insensée! Il faut qu’elle s’assure, qu’elle voie de près! Hagarde, rapide, elle franchit la grille, s’élance… et alors!… Pantelante, elle monte les degrés de l’autel! Ses deux mains convulsives s’abattent sur les épaules de l’évêque foudroyé, et un lamentable cri déchire le silence:

«Puissances du Ciel! Jean! mon amant! C’est toi!»

Et Léonore inanimée tombe en travers des marches, aux pieds de l’évêque pétrifié, blanc comme un marbre.

Une tempête de rumeurs se déchaîne. Sacrilège! On accourt. On se précipite sur Léonore, on la saisit.

Et, tandis qu’on l’entraîne, qu’on l’emporte, qu’on la jette au fond d’un cachot, le prince Farnèse, duc de Kervilliers, l’évêque, l’amant, rugit dans sa conscience:

«Damné! Maudit! Je suis maudit!»

Pages: First | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | ... | Next → | Last | Single Page